> Retour page d'accueil de neurofeedback-informations.fr

BCI vs Neurofeedback ?

Voici une mise à jour de la section « Brain-Computer Interfaces » qui se trouve sur la page d'accueil de biofeedback.fr.
Les 2 pages de cette section avaient été rédigées en juin 2011 et avril 2012. Mais, en 2016, un ouvrage en français a été publié (voir ci-dessous) et ceci devait être mentionné en raison du caractère important de cette publication !
Sur mon site biofeedback.fr, j'avais indiqué les références de ces 2 ouvrages remarquables, mais ils sont uniquement en anglais.

BCI en anglais  BCI en anglais

« Les interfaces cerveau-ordinateur » aux éditions ISTE, est le premier ouvrage en français consacré à ce sujet. Sauf erreur de ma part, c'est encore actuellement (en mai 2018) la seule publication dans ce domaine. Sur le site de l'éditeur, il est possible de télécharger le sommaire des 2 volumes.

Note - Je ne suis pas un spécialiste des BCIs, mais je m'y intéresse. Pour info, en juillet 2012, j'avais été testeur pour la mise au point d'un driver (pilote) par Mensia Technologies, permettant d'utiliser l'Atlantis et le Discovery de BrainMaster avec OpenViBE...
 
• Chapitre 13 dans la 3e partie du tome 1 - « Entraîner son cerveau avec le neurofeedback » - Ce chapitre est situé tout à la fin du tome 1
 
Dans les publications en français ou en anglais, dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur, on peut souvent avoir l'impression d'une grande confusion entre BCIs et neurofeedback. C'est d'ailleurs le même problème lors de conférences, congrès ou autres, et en particulier lorsque le sujet est le neurofeedback. Mais j'y reviendrai un peu plus loin.
 
Concernant ce chapitre dédié au neurofeedback, les explications sont globalement plutôt réussies par rapport aux erreurs rencontrées trop souvent dans de nombreuses publications. J'ai écrit globalement car j'ai trouvé des petites choses désagréables...
- En effet, en 13.2.1, on peut lire : "...comme par exemple la puissance des ondes mu dans les régions motrices pour une tâche d'imagination de mouvement."
En NFB, on ne s'intéresse pas au rythme mu et on ne sollicite pas la région motrice en imaginant un mouvement puisque le but n'est pas de faire bouger un objet, qu'il soit virtuel ou pas. C'est le domaine des BCIs !
- Autre exemple, p. 282 juste avant 13.2.3, une image est censée montrer un exercice de NFB alors que c'est un exercice de BCI avec OpenViBE.
 
J'espérais que cet ouvrage permettrait enfin de clarifier les choses entre les applications qui sont, ou seraient, du domaine des BCIs et celles qui sont, ou seraient, du domaine du neurofeedback. De ce côté là, je suis un peu déçu ! Mais il y a une explication et peut-être un remède...
En effet, cette impression de confusion vient du fait que les BCIs ont leur propre vocabulaire. Ainsi, que ce soit dans cet ouvrage ou dans d'autres publications (françaises ou étrangères), il est question de "BCI réparatrice" et de "BCI d'assistance", de "BCI dépendante" et de "BCI indépendante", de "BCI hybride", de "BCI active" et de "BCI passive"... L'idéal serait de définir les termes dès le début (de la publication ou de la conférence), et éventuellement de péciser le ou les termes censés remplacer celui de neurofeedback. On peut toujours rêver...
Certes, ce vocabulaire est nécessaire, l'adoption de catégories ou de classements également. Il faut préciser qu'à l'origine, les domaines des BCIs et du neurofeedback étaient bien séparés. Maintenant, les BCIs ont intégré le neurofeedback mais sans le nommer, donc en choisissant un autre terme et/ou en le plaçant dans une catégorie (BCI passive par exemple).
Par conséquent, toute personne formée au neurofeedback entrant dans le domaine des BCIs (pour des motifs divers) doit d'abord s'imprégner de ce nouveau vocabulaire afin de ne pas être surprise ni frustrée par la suite.
 
Je rappelle au passage que les termes biofeedback et neurofeedback ont été choisis et définis par la BCIA, l'AAPB et l'ISNR, lors de réunions en 2007 et 2008.
- AAPB - Biofeedback is a process that enables an individual to learn how to change physiological activity for the purposes of improving health and performance. Precise instruments measure physiological activity such as brainwaves, heart function, breathing, muscle activity, and skin temperature. These instruments rapidly and accurately "feed back" information to the user. The presentation of this information often in conjunction with changes in thinking, emotions, and behavior supports desired physiological changes. Over time, these changes can endure without continued use of an instrument.
- ISNR - Like other forms of biofeedback, NFT uses monitoring devices to provide moment-to-moment information to an individual on the state of their physiological functioning. The characteristic that distinguishes NFT from other biofeedback is a focus on the central nervous system and the brain. Neurofeedback training (NFT) has its foundations in basic and applied neuroscience as well as data-based clinical practice. It takes into account behavioral, cognitive, and subjective aspects as well as brain activity.
 
Par ailleurs, les rapprochements entre BCI et NFB semblent assez positifs en permettant, d'une part, de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau (durant des exercices ou des tâches mentales) et, d'autre part, de mieux cibler le protocole à privilégier (BCI ou NFB) dans telle ou telle situation (pathologie, etc.), voire de combiner les deux...
 
Quant à la question des mécanismes du neurofeedback (section 13.2.3), les personnes ayant effectué une formation sérieuse (accrédité par la BCIA) savent que ces mécanismes ne se limitent pas au conditionnement opérant, à la neuroplasticité et à l'implication consciente et volontaire du sujet. Ce n'est donc pas une découverte d'auteurs contemporains (qui ? depuis quand ?). Sans une formation en neurofeedback, il est tout de même possible d'en étudier les bases dans des ouvrages tels que : The Neurofeedback Book - M. & L. Thompson - AAPB / Technical Foundations of Neurofeedback - Thomas F. Collura - Routledge.
Note : la première édition de The Neurofeedback Book est parue en 2003. (Ce paragraphe a été ajouté le 13/06/2018)
 
Pour terminer, je déplore tout de même que les auteurs doutent autant des travaux sur le neurofeedback réalisés par des grands noms de la psychologie, de la psychiatrie, de la neurologie... ainsi que des milliers de résultats positifs obtenus depuis environ 40 ans, non seulement dans des cabinets mais aussi dans des cliniques ou hôpitaux réputés des USA ou ailleurs dans le monde. Cependant, c'est vrai, certaines études doivent être reprises et certains résultats confirmés.
Que penserait le Dr Antoine Rémond (décédé en juillet 98) de tout ça ? Son épouse, le Dr Anne Blanchard Rémond, m'avait souhaité bon courage, lors de notre rencontre en 2006, pour mes études en biofeedback et surtout en neurofeedback. Et il m'en a fallu du courage. Mais c'est un domaine tellement passionnant...
 
Malgré tout, bravo aux auteurs pour leur énorme travail.

Ouvrage en 2 tomes (avec une édition en anglais) sous la direction de Maureen Clerc, Laurent Bougrain et Fabien Lotte.

ICM 1  ICM 2
BCI 1  BCI 2

Pour les commander : version anglaise ici iste.co.uk  et version française ici iste-editions.fr

 
Page mise en ligne le 29 mai 2018 (mais finalisée le 6 juin). Un paragraphe ajouté le 13/06/2018.
 
Cette page est susceptible de subir quelques modifications dans les jours ou semaines qui suivent.
Sachez que je suis ouvert à toute critique permettant de corriger ou d'améliorer le contenu de cette page.

 
Jean-Loup Drouet

> Retour page d'accueil de neurofeedback-informations.fr